La Musique

                                  La Musique

                            Chacun sait que j’aime la musique avec :
                                    Le beau héros de Javel
                                           La lettre à l’église
                                            Sur l’amer camée
                                         La fuite de Schubert
                                           Le mari qu’a l’as      
                                           Le clair de dunes
                                                Le mac bête
                                            Le riz gaulé tôt
                                             La peau aime
                                           La flûte enfantée
                                            Manon l’escroc
                                                   Oter l’eau
     L                                 Le bourbier de ces villes
                                   La nymphe au nid ira sevrée
                                      Verdi n’a bu qu’au diner.
                             La biche Brahms au clair de l’une
                                           La Tosca nie nie
                                   Le concerto de Tchao Trotski
                                         L’amande elle sonne
                                     Le chevalier a l’arthrose
                                         La veuve voyeuse
                                           Le lac des signes
                                         La dame se pique
                              Don qui flotte de la hanche
                                Label hautbois d’or ment
                                             Le thé nord
                                L’abus qu’on donne aux ors
                                         Rodéo épuisette
                                      L’aventure en do
                                          Le tank raide
                                      T’en as aux airs ?
                                           L’Athos K
                                        Le car mène
                                 C’est çà lambeaux ?
                               Les guêtres siciliennes
                                     Le bas y adhère
                             L ‘assis de la mer morte
                                      Les trois riens
                          Le balcon sert tôt en lac majeur
       J’attendais un bus « J » et n’ai eu que deux bus « I »
                       A Megève pas de mousse hors ski
                                 Pas de Vénus de mi-lot
                          Mal au dos ; un coupe-rein
                         Pas de veines, de vagues nerfs
                                       Le trou vert
                         Il    était célèbre et il est mort icône.
                                    Elle est là, l’eau.
                        Attention, c’est une Faust alerte

 
Publié dans : Poésie | le 17 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

IN LOVE Chapitre IV

Nous sommes enlacés, musique et double croche
Tandis que minuit sonne au clocher du couvent
Il fait chaud, c’est l’été. Près de moi, ton approche,
Distillant sur ma peau ton parfum captivant.
 
Et successivement, comme une hymne à la joie,
Illuminant nos fronts, fenêtres aux battants,
Ouverts vers la colline et l a fraîcheur de bois,
Parviennent les senteurs que nous apprécions tant.
 
N’est-il pas merveilleux de s’aimer de la sorte
Quand l’âme guide l’âme et s’exalte la chair ?
Lorsque nous frissonnons, le désir nous emporte
Comme grisés alors dans le ferment de l’air.
 
Là tout d’abord mes doigts vont dégrafer ta robe
S’ infiltrant lentement sous tes sous-vêtements
Je caresse ton cou, je titille tes lobes,
La féérie emplit ces premiers mouvements.
 
Dans cet élan ta peau aux ondes virginales
Vient aussitôt frémir d’un éblouissement,
Elle vibre attendant les vagues musicales
De ma caresse allant glisser tout doucement.
 
Et dans ce tourbillon vient la lente montée
De l’homme, l’homme en toi, t’aimant intensément,
Exprimant sa passion fervente et déjantée ;
Nos corps sont allongés dans leur enlacement.
 
Là, sur ces draps soyeux, ces jolis draps de toile,
Notre extase flamboie en un élan puissant,
Recueillant la lumière offerte des étoiles ;
Ardeur et volupté enflamment notre sang.
 
Nous nous croyons alors tout innocents et libres
De croquer ce doux fruit, n’en déplaise à Camus,
Mais comment pourrions-, trouver notre équilibre
Si l’on ne peut aimer, aimer et tant et plus ?
Publié dans : Poésie | le 14 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

Chaque matin

 

 

 

Chaque matin à l’heure dite

Sur le chemin qui va trop vite

Je me répète sans le vouloir

C’est ma fillette que je vais voir

 

Chaque matin à l’heure dite

Je tends la main à la petite

Dont le visage plein de mystère

Rend une image un peu austère

 

Elle est muette dans la voiture

Je lui fais fête mais n’en a cure

Et son grand rire soudain éclate

Quand j’ose dire « eh ! bien patate ,

 

Je suis ton père embrasse-moi

Tu peux le faire il y a de quoi »

Après un temps tout se libère

Et c’est l’instant que je préfère

 

Puis c’est les jeux près de l’école

J’attends heureux chaque parole

Chaque matin à l’heure dite

Sur le chemin qui va trop vite

 

Je goûte ainsi à mille joies

Et mes soucis n’ont plus de poids

Plus la distance se raccourcit

Et plus je pense au temps qui fuit

 

Quelques minutes de chaque jour

Dans cette lutte pour cet amour

Puis c’est le seuil du pensionnat

Mon cœur en deuil la fin déjà

 

Chaque matin à l’heure dite

Sur le chemin qui va trop vite

Je recommence cette conquête

Espoir immense d’une miette

 

 L’âme d’enfant ne sait pas, elle,

Que bien souvent elle est cruelle

Comment peut-elle dans sa jeunesse

Voir mon appel et ma détresse ?

 

Chaque matin à l’heure dite

Sur le chemin qui va trop vite

J’attends mon heure bien humblement

Pleure mon cœur dans ce tourment

 

Mais l’espoir meurt tout doucement

J’attends mon heure depuis trois ans

J’attends confiant devant ce voile

En me fiant à mon étoile

 

Qu’un beau matin à l’heure dite

Ma fille enfin m’embrasse vite

Deux fois dix fois en sanglotant

« Papa c’est toi, j’ai tardé tant »

Publié dans : Poésie | le 10 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

Comentaires

Pour insérer  un commentaire sur un poème, je rappelle

qu ’ il faut cliquer sur la mention « pas de commentaire »

située en dessous du poème choisi, ou sur la mention

« Donner une réponse » Merci

Publié dans : Poésie | le 10 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

C’est parce que je suis vieux

 

C’est parce que je suis vieux

Que je marche de moins en moins bien

Et qu’une canne est ma nouvelle compagne ;

Que l’on me cède la place dans le métro

Avec un sourire de condescendance

 

C’est parce que je suis vieux

Que je perds souvent mes lunettes

Et que je tourne en rond pour les trouver,

Qu’on déchiffre de plus en plus mal mon écriture

Où personne ne s’y retrouve.

 

C’est parce que je suis vieux

Que je ne vais plus écouter des conférences

Because les escaliers à gravir

Les escaliers mon ennemi

Et surtout parce que je deviens dur d’oreille

 

C’est parce que je suis vieux

Que chaque matin on beurre mes tartines

Avec un peu de confiture

Que l’on m’apporte souvent une petite laine

De peur que j’aie froid

 

C’est parce que je suis vieux

Que je dors de plus en plus mal

En me réveillant deux ou trois fois chaque nuit

Que l’on m’écoute de moins en moins

Et que je suis de plus en plus silencieux

 

C’est parce que je suis vieux

Qu’on croit que je suis incapable

D’écrire encore un poème,

Que je suis incapable

D’aimer encore

 

C’est parce que je suis vieux

Que l’on fait semblant d’être attentif

Que mon temps est dépassé

Qu’on a envie de dire

« N’y touchez pas il est usé ! »

Publié dans : Poésie | le 10 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

Ton prénom

Ton passage à travers mon sang

 

C’est ton prénom si je l’ entends

 

 

 Une seconde de ta vie

 

C’est ton prénom si je le dis

 

 

 L’étendue de l’éternité

 

 C’est ton prénom si je le tais

Publié dans : Poésie | le 8 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

In Love

 

 Oublierons-nous ces jours envahis de tendresse
Où l’amour à long feu nous aura tant bercés ?
Je ne sais pas pourquoi tant de regret m’oppresse
Les voyant s ‘éloigner aussi vite effacés.
 
 Mes bras vont-ils encor caresser ton épaule
Et vont-elles mes mains effleurer doucement
Tes seins voluptueux quand leur tétin s’affole ?
Je me trouble aussitôt, revivant ce moment.
 
 O douce émotion en évoquant Thaïs
Délicat vibrato d ‘un baiser d’infini
Visite sublimée au jardin des délices
Suave évasion , privilège béni !
 
 O subtile douceur d ‘une ombre radieuse
Où vibrait l’hymne clair de nos corps empourprés,
Reste donc à jamais l ‘image lumineuse
Qui se perpétuera sous ces lambris dorés.
 
 Qu ‘un silence perlé enveloppe l ‘alcôve
Sans éteindre pourtant la chanson des soupirs,
Et précieusement ce souvenir in love
Sera le plus fervent de tous les élixirs !
Publié dans : Poésie | le 6 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

ROME Le Palais Doria Pompili

 
Agé de vingt-deux ans, milieu de dix-septième
Camillo Pamphilj fut dans ce Bel Respiro
Un général d’église, un commandant suprême,
Le Pape le nomma Gouverneur du Borgo.
 
 Ce passionné des arts, travaux d’architecture,
Vivait au pavillon Aurelia Antica,
Par le pape chargé d’une mission future
Loin de ce Tibre amer: nul ne revendiqua.
 
 Le cardinal-neveu aussitôt en appelle
A l’architecte en vogue Aldo Borromini ;
Le projet fut caduc, trop de donjons s’y mêlent,
Alors il va chercher Bernin, son faux ami.
 
Ils atteignent leur but par leur habileté ,
Camillo surveillant ce projet qui l’attache
Et les œuvres parfois qu’il pouvait récolter,
Mais tous les artisans  sont sérieux à la tâche
 
 Ces fouilles en effet regorgeaient de surprises
Et notre homme veillait ; Il veut les exposer
Tout au long des jardins qu’il cultive et qu’il prise,
Et cette passion, nul ne peut la briser.
 
 Seize-cent-trente-sept Camillo se marie,
Ils s’installent au Corso, où naquit Olimpia.
L’ire d’Innocent X s’était enfin tarie
Héritent des trésors de Piazza Navona.
 
 Rachètent le palais du grand romain Collège,
Ils étendent l’ïlot de Carlo Brandini ,
Veulent un tour princier, la façade s’allège,
Va naître le palais des Doria Pamphilj.
 
 Le palais est resté d’un goût si pittoresque !
Sur ses murs décorés, les tableaux entassés,
De grands collectionneurs et de gracieuses fresques,
Puis la chambre du trône au décor dépassé.
 
 Mais il reste le clou : la Galerie des Glaces
Bustes dorés, miroirs, bijou d’un autre temps,
Un Versailles second mais que rien ne remplace,
Lumière tamisée, ogives, arcs-boutants.
Publié dans : Poésie | le 4 septembre, 2019 |Pas de Commentaires »

Rome,

 

L E   P A L A I S   C O L O N N A

 

Le palais Colonna, son histoire est trop belle !
Ses murs sont adossés aux flancs du Quirinal,
Temple de Sérapis où vécut Isabelle,
Age : neuf cents ans : record dans les annales !
 
 On va donc retrouver de l’illustre famille
Martin V qui mit fin aux Schismes d’Occident
La papauté dans Rome à nouveau y scintille,
Le peuple se réjouit en s’y accomodant.
 
On connaîtra encore un autre personnage :
Marcantonio tient la flotte du Pontife,
Grand vainqueur de Lépante, exemple de courage,
Contre les Ottomans, principal objectif.
 
Allons vers l’ intérieur : Voici la voûte peinte
De cette galerie en fresques trompe-l’oeil,
On croirait que c’est là Versailles en demi-teinte,
Du Romain aujourd’hui c’est le fervent orgueil.
 
 Mancini la plus folle et parfois la meilleure,
Nièce de Mazarin, épouse Onofrio
Qui va contribuer à la gloire à son heure,
Et pour fêter cela : coupe de prosecco !
 
 Mais Isabelle aimait le Cercle d’influence
En tenant à l’écart la Pallavicini
Rivale de toujours maintenue à distance,
On y trouvait aussi Giulio Andreotti.
 
 Prospero Colonna tient ici l’héritage,
Primitifs italiens et Jean Brueghel l’ancien,
Tant d’autres : le Guerchin dont on connaît l’image
Et puis Vanvitelli, le talent qu’est le sien.

 

Publié dans : Poésie | le 31 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Schubert Trio

Schubert ne connaît pas d’autre facilité.
Que celle qu’il procure à celui qui l’écoute
Echo émerveillé de la réalité
Les choses vont de soi, un bonheur goutte à goutte.
 
Un détail exemplaire à cet égard est là :
Deuxième mouvement, des ondes bien menées
Trio en mi bémol , en repassant en la
Va devenir un « tube » après quelques années
 
C’est soudain comme un « hit »,agréable morceau
Que le public sifflote et séduit s’émerveille
Les choses vont de soi, et s’ajoute au tableau,
Une extase du cœur, gratitude à l’oreille
 
Le film Barry Lindon en ce sens a permis
Qu’on ressasse à présent un refrain, qu’on découvre :
La musique de chambre et ce qu’on y a mis
N’est pas aussi aride, un horizon s’entrouvre.
 
Mais refuser ici certain malentendu
Que d’autres ont créé, action systématique,
Est pour Schubert, on sait, un désir entendu
Entre le « grand public » et la grande musique.
 
C’ést pour lui avant tout l’importante mission
Posthume et permanente. Et il faut bien comprendre
Qu’un public ayant vu le film Barry Lindon
N’aurait rien retenu, comme on peut s’y attendre,
 
Si Schubert n’avait fait que reproduire ici
Le thème suédois et fût-il admirable,
Pour s’en être inspiré il a voulu aussi,
Une musique en fait demeurant mémorable !
 
C’est latente harmonie et savante invention,
Ce thème fait écho plus loin qu’on l’imagine,
Il servira plus tard comme une citation
Dans le mouvement quatre un appel s’achemine :
 
 nC’est la forme cyclique, autre révolution,
La nouvelle façon que voudra notre artiste,
Et l’on verra c’est vrai le fruit de cette action
Plus de vingt ans plus tard : la Sonate de Liszt.
 
Beau bilan d’un naïf. Mais on sait que Schubert
Cachait tous ses projets sous facile apparence,
Comme on dit de Chopin qu’il cachait en hiver
Ses canons sous des fleurs en soupirs et silences …
 
Le révolutionnaire à vrai dire n’est pas
Dans la facilité de celui qui proclame,
C’est celui qui nous change et parvient pas à pas
A insuffler en nous musique corps et âme.
 
Et Schubert fut ainsi peut-être le plus grand
Du dix-neuvième siècle, un révolutionnaire,
Et le plus ignoré, méconnu cependant,
C’est l’exemple à coup sûr d’un esprit libertaire.
 
Publié dans : Poésie | le 26 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Un jour tu viendras

 
Alors que je serai
Allongé, tranquille, serein
Dans un sommeil réparateur,
Un jour tu viendras me dire :
« Allons, réveille-toi ! »
 
Mais je ne bougerai pas
 
« Viens donc
Dans ce matin brumeux
Redécouvrir la nature
Dans son mystérieux exorcisme
Et son enchantement.
 
Viens écouter les oiseaux
Qui frétillent de joie
Dans les feuillages dorés
De ces arbres
frémissants »
 
Mais je ne bougerai pas
 
« Viens assister
Au réveil des fleurs
Bercées
Sous les perles
D’une rosée étincelante
 
Viens t’étonner
De cette aurore
Transcendante
Qui renouvelle chaque jour
Notre émerveillement  »
 
Mais je ne bougerai pas
 
 « Viens retrouver l’inspiration
Pour écrire un poème unique
Devant le spectacle du monde
Insolite et magique
Qui renaît sans cesse
 
Nous dire avec ces mots particuliers
Dont tu as le secret
Ce qu’est cette extase permanente
Dans cette vie qui bouillonne en toi
Depuis toujours »
 
Mais je ne bougerai pas
 
« Viens encore te pencher
Sur la souffrance d’autrui
Que tu voudrais épouser
Et dire ton impuissance
Larmes rentrées.
 
Redis-nous ton horreur
Devant tant d’inégalités 
Tant de détresse
Tant de riches
Tant de pauvres
 
Mais je ne bougerai pas
 
« Réveille-toi paresseux
Qu’as-tu fait encore
De cette nuit
Redonne cette vibration
A tout ton être
 
Viens chanter de nouveau
Ecouter en tremblant
Une musique ensorcelante
Ouvrir grande ton âme
Renaître  »
 
Mais je ne bougerai pas
J’aurai rejoint mon rêve…
Publié dans : Poésie | le 25 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Le rêve

On a dit quelque part
Qu’on est soi-même
Que lorsqu’on rêve
C’est vrai
 
Cela tombe bien
Puisque je ne fais
Que cela
Sans cesse
 
Je vois un paysage
Au crépuscule d’automne
Des images somptueuses
Dans le ciel
 
J’écoute avec délice
Du Mozart en sourdine
Et cette musique
M’emplit de joie
 
Je vois courir là-bas
Sur le chemin lumineux
Une délicieuse jeune fille
Qui chante, chante, cheveux au vent
 
J’aperçois avec émotion
Ma douce maman
Qui vient me bercer le soir
En fredonnant une ritournelle
 
Je me revois creusant la terre
Dans ces mines d’enfer
Avec l’espoir
De ne pas y laisser ma peau
 
Je serre dans mes bras
Ce bébé fragile
Qui me ressemble déjà
Tant pis pour lui !
 
 J’essaie d’écrire un poème
D’amour inspiré
Mais pour être sublime
Il me manque une rime
 
Je tremble comme feuille
Dans ce premier baiser d’amour
Qui restera inoubliable
Inoubliable
 
Je souffre avec ceux qui souffrent
Prisonnier de mon impuissance
En posant la question :
« Que fait-il là-haut ? »
 
Je mesure chaque jour
L’inanité de ma pensée
L’inconsistance
De vouloir être plus
 
C’est donc le rêve
Qui m’ouvre ses portes
Et me transporte
Au delà de la réalité
 
Et je ne suis plus rien
Qu’une plume au vent
Au vent de l’inconnu
Attendant ce qui n’existe pas
Publié dans : Poésie | le 23 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Beethoven concerto pour violon

 

 

 

 
Ce concerto en ré, témoigne de chaleur
De bourrasques de feu, de tension, de lyrisme,
Modèles mozartiens, ainsi que leur auteur
Sont ici dépassés, au loin leur exorcisme !
 
Et là dès le début s’enfle le mouvement,
Il devient titanesque en un flot d’importance
On le sent dominer alors intensément
Comme s’il augurait la plus forte puissance.
 
Quatre coups de timbale assurent le destin
Dès les premiers accords de l’œuvre de génie,
Ils  reviendront  sans cesse et d’un apport certain
Pour marteler le temps, grandiose harmonie !
 
Sans museler alors sa tendresse bourrue,
Peut-être bien cachée, il a la volonté
De la montrer présente et sans être incongure,
Déjà développée, il n’a pas hésité.
 
A l’inverse pourtant des formes mélodiques
Il introduit ici l’élément « féminin »
Clarinettes, hautbois, allure bucolique,
S’ajoutent les bassons au parfum souverain.
 
Mais le côté violent d’une onzième mesure
Réapparaît soudain dans le ton du début,
Quatre notes d’entrée, en curieux augure,
Un surprenant ré dièse, étonnant s’il en fut.
 
Et dès lors  on le voit, tout semble mis en place,
Après cette ouverture au profil orchestral,
Les soliste à son tour voudra marquer sa trace
Lyrique, passionné, même sentimental.
 
Ainsi réexposé, nous retrouvons les notes,
Que l’orchestre martèle entier mobilisé,
Vient alors la cadence où remonte la cote
Du soliste fameux par le thème attisé.
 
 
Dans ce premier volet, c’es la règle classique :
Unité préservée et l’on n’a rien de trop,
C’est la force sans doute, et une force unique
Que l’on remarquera dans ce grand concerto.
 
Au second mouvement un larghetto en place
Qui veut mettre aussitôt le soliste en valeur,
Un violon fascinant dans un chant plein de grâce,
Une inspiration de grand compositeur !
 
D’où la forme aérienne et monothématique
Et se développant comme un large tempo,
Un tempo à son tour aussi uni tonique
Dans cinq variations au lumineux écho.
 
Dans le dernier volet allegro ordinaire
Qui là, tout simplement s’enchaîne au précédent,
Il veut aussi en être un semblable contraire,
Le charme du violon domine cependant.
 
Loin du ton séraphique, on a force musclée
C’est une vie humaine en un rythme vital
Le thème en ce rondo est exposé d’entrée
Par le même soliste et l’ensemble orchestral.
 
Mais la joie aussitôt, dionysiaque et profonde
C’est vrai, va enflammer le groupe d’instruments
Entrant dans un tutti qui s’étend à la ronde,
C’est un thème de fête, extase du moment !
 
Exposé par les cors, du rythme dans ce thème,
Cadence du soliste allant dans ce final
Renforcer cet accent, cet accent que l’on aime
Tout Beethoven est là dans un éclat total !
 
C’est Beethoven le grand, sa force et sa tendresse
Sans oublier aussi ses constants sauts d’humeur,
Son immense génie, invention et hardiesse
Ce Concerto en ré couronne son auteur.
 
A ce fameux violon rares pages dédiées,
Qui le placent d’entrée au sommet le plus haut
Plénitude et beauté qualités enviées,
Et la dernière note est un sublime écho.
 
 
 

Publié dans : Poésie | le 19 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Brahms Symphonie N°3

 
 
Des quatre précédant, troisième symphonie
Sera sans doute celle où Brahms aura donné
Le meilleur de lui-même et de tout son génie
Caractère allemand jamais abandonné.
 
Il a cette vaillance épique et fantastique,
Ancré et légendaire un profond sentiment
La poésie en lui, tendre , mélancolique
Sans doute souvenir de précieux romans.
 
Cette plasticité, aussi il faut le dire,
Modelage subtil des dessins musicaux,
La générosité que depuis on admire,
L »abondance fertile aux multiples échos.
 
En quatre mouvements va fleurir la troisième,
D’abord deux mouvements aux larges dimensions,
Deux autres encadrés en conservant le thème,
Que Brahms aura voulu inscrire avec passion.
 
On remarque aussitôt trois premières mesures
Allegro con brio, fa, la bémol et fa
Rappelant la devise, ainsi en ouverture
D’un refrain de jeunesse oublié sans éclat.
 
L’allegro con brio en forme de sonate.
Utilise, on le voit, matériel abondant,
Ce procédé c’est vrai, dans le temps fera date,
Trois thèmes principaux, d’autres faisant pendant.
 
Passionnato, violons, est dans le premier thème,
Second par clarinette en graziozo chanté,
Dolce par un hautbois est confié au troisième,
Passant un la majeur a été annoté.,
 
Bref développement, d’une intention heureuse,
Episode expressif où le cor donne à fond,
Une coloration qui paraît mystérieuse
En mi bémol majeur délicat mais profond.
 
Le second mouvement est un léger andante
Avec un ut majeur au thème principal,
Clarinettes, bassons, dans un refrain qui chante
Une simple harmonie où l’on ouvre le bal.
 
Clara Schumann disait de cette part troisième
«Larme mélancolique, une perle vraiment!»
Ce poco allegro, un ut mineur en thème,
Construit comme un scherzo se glissant lentement.
 
Le sujet principal avec mélancolie,
Revient discrètement comme un intermezzo
L’alllure du trio aussitôt se relie
Sans troubler le climat de notre allegretto.
 
Mais ce n’est pas vraiment une simple reprise
Puisqu’elle apporte là un accompagnement
Différent de celui qui souvent est de mise,
Dans l’ornementation qu’on respecte dûment.
 
La fin est un conflit de force élémentaire
Allegro, en mineur, traité très librement,
C’est la forme-sonate offerte à l’ordinaire
L’introduction annonce un sombre mouvement.
 
Sur trois motifs précis, exposition construite,
L’introduction rythmée est d’un ton vigoureux,
On s’oppose au second, c’est presque une redite
Caractère héroïque ouvert et généreux.
 
LA réexposition est tout à fait classique
Mais nous avons ici coda inhabituel
Après la fin d’orage une devise unique
Et le calme revient tout comme un arc-en-ciel.

 

 

 

 

h

Publié dans : Poésie | le 19 août, 2019 |Pas de Commentaires »

Ravel le boléro

Boléro de Ravel est l’œuvre de musique
Sans doute la plus jouée et dans le monde entier,
Cette célébrité, et c’est un cas unique,
Est due à l’écriture appréciée en premier,
 
Et à sa conception. Elle a été conçue
Pour les fameux ballets alors organisés
Par Ida Rubinstein, et ce pour être vue
A l’opéra, Paris, ce fut un beau succès !
 
D’ une obsession rythmique, elle reste semblable,
Une simplicité, voulue apparemment,
Un tempo régulier, la rendent inoubliable
Se répétant ainsi, toujours sans changement.
 
C’est un même motif, continu, inlassable,
Dans le martèlement de la répétition,
Un thème original, que l’on pense inclassable,
Seulement à la fin une modulation.
 
Un passage inédit qui aussitôt provoque
Un effet transcendant, une tonalité
Presque extraordinaire, étant sans équivoque
Une chose croit-on, qui n’a jamais été !
 
Ravel a déclaré ; « Boléro ? Une danse
Mouvement uniforme et rythme modéré,
Constamment uniforme, surtout une cadence
Que soutient le tambour. Le miracle opéré ! 
 
 Et le seul élément que le point d’orgue apporte
Est la diversité du crescendo final. »
N’oublions pas aussi, magie en quelque sorte,
Cette entrée un par un d’instruments ; un régal !
 
Quand on assiste ainsi à un concert en salle
On voit les musiciens s’animer peu à peu
Comme enhardis soudain, gagnés d’une fringale
De jouer mieux encor, ardeur pleine de feu !
 
Et comme dit Ravel; « On apprend l’écriture
Oui, mais elle seule, et pas l’orchestration. »
Il a imaginé, selon sa conjecture
En même temps le thème et l’inspiration,
 
Le rythme prend l’essor d’allure progressive,
Volume, intensité, une transposition,
Comme une étrangeté, mais sans être excessive
Peut-être par moments une hallucination.
 
                                                    –:-:-:-:-
 
Et pour ce Boléro, quoi, que noter encore ?
Qu’il est deux fois plus lent que d’autres boléros
D’origine espagnole, où le rêve prend corps.
Le notre nous suffit, n’en demandons pas trop !
 
 
Publié dans : Poésie | le 7 août, 2019 |Pas de Commentaires »
12345...53

Blog du niveau intermédiaire |
Vivrelaviesimplement |
Aeternam Journal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Francaisdictionnairesimple
| Fictionmania
| Plumenouvelle